La sieste : osez-la

N'en doutez plus : vous avez les capacités pour devenir un maître dans l'art de la sieste. Mais si.

Certains diraient de la sieste qu’elle est importante, Jacques Dutronc disait qu’ « [elle] est un métier », nous disons qu’elle est capitale. Une affaire on ne peut plus sérieuse. Une préoccupation majeure qui devrait canaliser toute votre énergie. Alors oubliez Joséphine et osez… la sieste !

Trois règles d’or pour atteindre la béatitude plénière de la sieste :

  • Pas de honte : fi des a priori ! Personne ne vous jugera parce que vous vous reposez.
  • A l’abri : une sieste sur la plage se fait à l’abri du soleil, une sieste au bureau à l’abri des collègues.
  • Un seul mot d’ordre : la sieste est un acte militant en faveur d’une vie épanouie et d’un équilibre physique et psychique à couper le souffle. Soyez brave : dormez.

Ceci étant posé, que reste-t’il à dire ?

La sieste oui, mais laquelle ?

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise sieste. Il n’y a que des rencontres entre vous et un repos bien mérité. Et le secret pour que cette rencontre soit appréciable, c’est qu’elle n’arrive jamais en retard, ni en avance d’ailleurs, mais précisément à l’heure prévue. Entre 13 et 15h, pour être précis, lorsque notre corps se met au repos. Un moment peu prolifique et propice à somnoler qui correspond à une baisse cyclique de la température du corps.

Qui l’eût crû ? Le petit coup de barre de 14h ne provient donc pas forcément de ce troisième morceau de fromage, servi pour finir le pain.

Jouer avec son sommeil, c’est jouer avec son équilibre et sa santé. Dès lors, la sieste tend à minimiser la fatigue de la journée. Vous trouverez donc chaussure à votre pied, ou plutôt taie à votre oreiller, parmi ces trois possibilités :

  • Une sieste éclair, qui durera quelques minutes à peine. Pour ceux qui travaillent ou n’ont pas nécessairement plus de temps, fermer les yeux permet de se relaxer, de se détendre et de relancer tranquillement votre après-midi. Nul besoin de s’endormir. Cependant, prévoyez tout de même un réveil, on n’est jamais trop prudent.
  • Dans un cadre plus serein, optez pour un modèle standard : une sieste courte d’une vingtaine de minutes, dont l’efficacité n’est plus à démontrer. Cerise sur le gâteau : ses effets sont optimaux lorsque vous la pratiquez quatre ou cinq fois par semaine.
  • Lors de la réunion de certaines conditions, une sieste plus longue, entre 1h et 1h30, est envisageable. Cependant, pour ne pas risquer de perturber vos nuits, veillez à réserver cette sieste pour un week-end sans grasse matinée et seulement si vous êtes en manque de sommeil.

Les avantages de la sieste

La sieste, symbole de paresse souvent boudé, a pourtant plusieurs vertus :

  • Amélioration des performances dès le réveil (attention et concentration, vigilance) ;
  • Diminution du stress ;
  • Meilleure mémorisation (point commun qu’elle partage avec une nuit de sommeil) ;
  • Baisse de l’hypertension artérielle et meilleure régulation.

Voilà tout ce que vous aviez besoin de savoir. N’en doutez plus : la sieste est faite pour vous.

La sieste : ses bienfaits et vertus
Crédits : happyade.fr

A la rencontre de Léon